Le nombre de morts sur les routes de Charente-Maritime est en hausse par rapport à l’an passé. 46 personnes ont perdu la vie dans des accidents depuis le début de l’année. L’an passé, on en a décompté 40 pour toute l’année.

Pour tenter d’enrayer cette hausse de la mortalité, la préfecture de Charente-Maritime lance une Semaine Bleue. Les contrôles routiers vont être multipliés dans tout le département.
Vitesse, utilisation du téléphone portable au volant, manque de vigilance, 50% des accidents mortels en Charente-Maritime sont dus à un défaut de maîtrise du véhicule.
Cette augmentation est à rapprocher des chiffres nationaux qui, eux, mettent en avant une baisse notamment pour le mois d’aôut 2018, avec -15,5% de morts sur les routes et -5,5% en juillet.
« On ne peut pas avoir une exception charentaise-maritime. On ne peut pas continuer à avoir en Charente-Maritime des chiffres de la sécurité routière qui sont ce qu’ils sont aujourd’hui. » affirme Dominique Bussereau, le président du conseil départemental de Charente-Maritime et ancien ministre des Transports.

Plus d’informations avec le reportage de Frédéric Cartaud, Etienne Breil et Martine Sitaud :
 

Les accidents mortels en augmentation en Charente-Maritime


En baisse dans la Vienne et en Charente

Dans l’ex Poitou-Charentes, le nombre de morts dans des accidents est nettement plus élevé en Charente-Maritime qu’ailleurs. C’est aussi le département le plus peuplé. 46 personnes sont décédées sur les routes de Charente-Maritime depuis le début de l’année contre 40 l’an passé.
Dans la Vienne et en Charente, celui est en diminution. Dans la Vienne, il est passé de 18 morts du 1er janvier au 15 septembre 2017 contre 14 cette année pour les mêmes dates. En Charente, les chiffres sont descendus de 17 en 2017 à 12 pour les neuf premiers mois de 2018.
En revanche, comme en Charente-Maritime, les Deux-Sèvres ont vu le nombre de personnes tuées sur les routes augmenter cette année avec 21 morts du 1er janvier au 15 septembre 2018 contre 16 l’an passé dans le même laps de temps.

SOURCE